Interview Vincent représentant Caigiees.

Citycoco Caigiees
Citycoco Caigiees
Interviews de Vincent chez Caigiees Citycoco par Isabelle

 

@Isabelle : Tout d’abord afin de comprendre qui vous êtes pouvez-vous vous présenter ?

Vincent Caigiees
Vincent Caigiees

@Vincent : Passionné de développement j’ai tout d’abord travaillé avec la chine sur des importations de produits tendances et à forte demandes. Depuis 6 ans je me suis dirigé à la vente de machines fraiseuses numériques ou imprimante 3D. Cette activité me passionne toujours autant : rien que de pouvoir se dire qu’une machine permet de créer quelque chose me parait génial.

@Isabelle : Alors pourquoi au final êtes-vous dans le véhicule électrique ?

@Vincent : Il y a 4 ans j’ai fait un choix décisif de partir vivre en chine en conservant mes activités machines en France car comme tout le monde j’avais des frais et charge qui ne me permettait pas de rompre. A mon arrivée à Taizhou, j’ai recherché quelle activité je pouvais développer de façon à pouvoir vivre correctement en Chine. Il se trouve que la ville de Taizhou est la ville de référence avec Wuxi pour la fabrication de véhicules électriques mais cela n’a pas été l’élément déclencheur. Taizhou est à 3H de Yiwu, ville orientée sur le marché international avec beaucoup de showroom. Je m’y suis rendu un weekend (en 2013 peu de temps après mon arrivée en chine) et dans une boutique j’ai découvert un hoverboard à l’époque ils se vendaient 2000€ alors qu’à présent moins de 300€.

@Isabelle : Cet hoverboard a changé quoi ?

Hoverboard
Hoverboard

@Vincent : Tout ! Une fois montée dessus je savais que ça serait le produit star en 2015 il y avait quelques choses de magique à son utilisation. J’ai senti de suite que de savoir se servir en moins de 15 minutes du véhicule serait un atout considérable.

@Isabelle : Se lancer sur un marché comme cela n’a pas été un risque ?

@Vincent : Je n’ai pas pu me lancer sur le marché en 2013 pour une simple raison: il fallait remplir un container de plus de 700 pièces et je n’avais pas les moyens de le faire. J’ai préféré travailler avec des blogs et proposer mes services à des clients ayant une plus grosse capacité financière que la mienne. Par la suite mes moyens ont considérablement grimpé…

@Isabelle : Mais à présent vous êtes dans d’autres types de véhicules expliquez-nous ?

@Vincent : Une fois avoir testé l’hoverboard je me suis intéressé à l’ensemble des véhicules électriques. La chine est vraiment leader en la matière.

@Isabelle : Mais la qualité peut laisser à désirer ?

@Vincent : Non il s’agit d’une idée reçue. Les plus fautifs sont souvent les importateurs qui demandent une certaine qualité par rapport au prix. L’ hoverboard a été une bonne expérience pour moi car j’ai compris de quelle manière un produit phare s’exportait . Il y a dans un premier temps le produit original de qualité qui dès lors que le succès se produit se fait copier et recopier avec des qualités toujours plus basses. A cette période j’ai compris que je n’étais pas intéressé d’aller à exporter n’importe quoi.

@Isabelle : Ok et à présent vous n’être plus dans l’hoverboard pouvez-vous nous expliquer votre activité dans le véhicule électrique.

@Vincent : Je n’ai jamais été complètement que dans l’hoverboard mais dès le démarrage de l’hoverboard je me suis intéressé à tous les véhicules électriques. Depuis 2014 j’ai commercialisé des véhicules que je trouvais intéressant comme des scooters, motos, vélos électriques j’étais exportateur et aussi revendeur. Cette activité est toujours présente car comme je disais je suis à chaque fois émerveillé dès que je conduis un nouveau véhicule électrique un peu comme un enfant avec un cadeau de noël.

@Isabelle : Vous roulez électrique en chine ?

@Vincent : non un hybride car trop dangereux en deux roues.

@Isabelle : depuis 2013 quel est le véhicule qui vous le plus marqué ?

@Vincent : Etonnamment pas le citycoco mais une moto électrique capable de rouler à 110km/h sa qualité et sa nervosité me laisse toujours en admiration.

@Isabelle : Citycoco à présent expliquez-nous ?

@Vincent : Quand j’ai commencé citycoco nous étions en 2014 et c’est lors d’un déplacement que j’ai rencontré ce style et look épuré et original. Je me suis douté que par la suite il se développerait. Nous avons de suite acheté tous les domaines du site internet de la marque et les avons développées www.citycoco.uk www.citycoco.it www.citycoco.es www.citycoco.fr

@Isabelle : Mais la marque n’est pas déposée par vous ?

@Vincent : Nous n’avons pas eu besoin car à partir du moment que l’on peut justifier à l’autorité que les noms de domaines sont présents avant l’achat de la marque nous devenons juridiquement propriétaire. C’est pour cela que dès que l’on innove la marque doit être déposer avant d’en parler.

Citycoco Caigiees
Citycoco Caigiees

@ Isabelle : Trouve-t-on différente qualité de citycoco ?

@Vincent : en 2014 non uniquement une entreprise en fabriquait. En 2015 deux et par contre en 2016 oui beaucoup d’usines avec bien souvent des qualités catastrophiques. Depuis 2016 on assiste à des assembleurs qui achètent des pièces de qualité médiocre pour revendre moins cher.

@Isabelle : Mais vous faites comment pour vous y retrouver ?

@Vincent : Dans mon cas c’est un peu différent j’ai intégré l’usine à qui j’achetais en 2017 afin d’être accompagné et de les accompagner.

@Isabelle : Vous êtes à présent dans l’usine qui les fabrique ?

Citycoco-caigiees
Citycoco-caigiees

@Vincent : C’est cela ! L’usine est faite en 4 énormes bâtiments : le premier pour les bureaux, le second pour fabriquer les pièces car l’usine possède plus de 100 machines et fabrique à 100% les citycoco dans leurs propres locaux, le troisième bâtiment la ligne d’assemblage et le 4ieme bâtiment dortoir et restaurant. Il y a plus de 160 salariés ! Investissement de 17 millions de dollars. Nos citycoco pour la France partent d’un entrepôt près de Lyon.

@Isabelle : L’usine s’appelle comment ? et que faites-vous sur place ?

Citycoco Caigiees
Citycoco Caigiees

@Vincent : L’usine s’appelle luqi et la marque Caigiees. Mon travail consiste à les accompagner pour l’exportation et au développement de nouveaux véhicules électriques. Je m’occupe à présent de mettre en place un entrepôt pour desservir toute l’Europe de façon facile. L’entrepôt devrait accueillir 1500 scooters en stock et flux pour septembre.

@Isabelle : Au final à présent vous êtes dans l’usine d’un de vos fournisseurs ?

@Vincent : Un peu plus même l’entreprise est à présent mixée Française et chinoise. Au final nous sommes très complémentaires. Et d’ailleurs chacun de nos clients est le bienvenu pour nous visiter.

@Isabelle : Ok mais alors pourquoi vendre par internet au client final ?

@Vincent : La première raison est que le travail avait été fait avant cette fusion alors pourquoi je l’abandonnerai ?! La seconde raison est que de vendre par internet permet de mettre l’usine dans laquelle j’ai pris la direction export en avant sur les nouveaux scooters. Chaque Citycoco est produit chez nous c’est top. La dernière raison est le prix le contexte actuel ne permet pas de vendre des produits chers pour quelque chose que l’on ne connaissait pas avant.

Citycoco Caigiees
Citycoco Caigiees

@Isabelle : Cher vous voulez dire que le fait de vendre en direct le client final s’y retrouve ?

@Vincent : Pas que lui mais en effet de proposer un citycoco 40% moins cher avec souvent une qualité supérieure est stimulant. Nous développons un réseau de distributeurs avec comme seule condition d’acheter avec un minimum de quantité afin de rester compétitifs. Nous proposons à présent de mettre en dépôt vente nos produits Citycoco pour ceux qui souhaitent nous suivre.

@Isabelle : Mais avec cette politique vous ne rencontrez pas des soucis avec des concurrents pouvant être jaloux ?

@Vincent : Evidemment que nous en rencontrons avec toujours les mêmes arguments ils font mieux, ils sont sérieux, les produits des autres sont chinois et de mauvaise qualité. Il faut savoir le prendre avec de la plaisanterie car choses étranges je suis sur place en chine dans l’usine où je suis partenaire. Nous sommes les premiers en France à commercialiser ses produits et preuves du contraire nous ne construisons pas de scooters électriques de ce type en France. En fait c’est tout simplement notre politique de prix qui dérangent.

@Isabelle : Combien coûte à fabriquer un citycoco ? Combien vous le vendez ? et pour finir combien vend la concurrence.

 

@Vincent : Standard environ 450€ à fabriquer à cela il faut rajouter le transport et les taxes (douane et tva)soit environ 30%. Afin de ne pas perdre de l’argent il faut le vendre 2 fois le prix en dessous nous faisons de la perte. Nous le vendons un peu moins de 900€ et la concurrence les vendent presque 2000€.

@Isabelle : Pourquoi la concurrence le vend avec un si gros écart ?

@Vincent : Car souvent ils pensent l’acheter à l’usine mais ils l’achètent à une société intermédiaire. Le second point est qu’ils estiment qu’ils doivent faire de la marge pour mieux vivre certes le sujet est discutable mais quand on voit la tendance nous pensons que la politique du prix de vente devrait est revue à la baisse. Quant au discours chez moi c’est mieux sachant que les ¾ ne sont jamais venu ou n’ont jamais été dans l’usine à qui ils achètent cela reste fantaisiste et mensonger.

@Isabelle : Et avec vos distributeurs en France comment cela se passe ?

@Vincent : Généralement nous leurs préconisons de commencer avec au moins 10 véhicules en fond de roulement. Les paiements se font 50% en acompte et le reste à la livraison. Les marges ne sont pas énormes (comme nous) mais les véhicules se vendent facilement ce qui compense.

@Isabelle : A présent vous voyez comment votre avenir ?

caigiees pxid
caigiees pxid

@Vincent : En chine ? en restant concentré sur ce que je sais faire au mieux dans l’usine pour laquelle je suis partenaire. Un développement plus important sur toute l’Europe !

@Isabelle : Vos autres activités datant avant votre départ en chine vont rester ?

@Vincent : Oui à moins que celle-ci se réduisent naturellement un marché ou une activité n’est jamais acquis pour la vie il faut se remettre systématiquement en question.

@Isabelle : Une dernière question : d’autres projets dans d’autres activités ?

@Vincent : Oui évidemment entreprendre est un état d’esprit comme aimer créer, j’ai deux autres projets qui n’ont rien à voir……

Caigiees Batiment
Caigiees Batiment ou vous pouvez me joindre.

Vincent

Tel : 0086 18657606362 ou 0086 57686816692 (Taper 025 au message vocal mon poste)

VOIR LES VIDÉOS DE l’ USINE :